Le mariage occidental se déroule généralement en suivant les étapes ci-dessous :

  • La rencontre des mariés;
  • La cérémonie civile;
  • La cérémonie religieuse;
  • Le reportage photographique;
  • Le vin d'honneur;
  • La réception;
  • La soirée dansante;
  • La pièce montée.

Ces étapes peuvent être interverties (exceptés le mariage religieux et le mariage civil, celui-ci devant également être célébré le premier). Les heures varient d'un mariage à l'autre, certains préférant commencer dès le matin, d'autres préférant tout faire l'après-midi. D'autres encore, étalent le mariage sur 2 jours en célébrant par exemple, la cérémonie civile le vendredi après midi, la cérémonie religieuse et la fête le samedi. Mais comme dans toutes les religions du monde, nos pays ont adopté des coutumes, traditions et des tendances d'ailleurs que parfois, nous ne remarquons même plus tellement elles sont devenues partie intégrante de notre culture.

Les traditions

L'enterrement de vie de jeune fille/de jeune homme

Traditionnellement, l'enterrement de vie de jeune fille est la dernière soirée de divertissement que la jeune fille passe sans son époux. C'est aux amies de la fiancée à organiser cette fête. Elle a lieu habituellement deux à trois semaines avant le mariage.

Les activités sont diversifiées et souvent choisies selon le caractère de la future mariée. Si elle est calme, les amies préféreront une journée de détente dans un spa ou une visite dans un musée du chocolat, si elle est plus extravagante, elles opteront pour des âges en tout genre à effectuer sur une place publique, des strip-teaseurs ou des déguisements, etc. un seul mot d'ordre pour cette journée : s'amuser ! (tout en gardant à l'esprit qu'on se marie bientôt !).

 

The blue thing

Pour que son mariage soit réussi, la mariée doit avoir cinq éléments précis. Un dicton dit : « something old, something new, something borrowed, sommething blue and a silver sixpence in her shoe » (quelque chose de vieux, quelque chose de nouveau, quelque chose d'emprunté, quelque chose de bleu et un sixpence d'argent dans sa chaussure).

Something old : porter quelque chose de vieux lors de son mariage, symbolise la volonté de la mariée de garder le lien familial pendant toute la durée de son mariage. Ces éléments peuvent être un bijou, par exemple.

Something new : porter quelque chose de nouveau symbolise la réussite de sa nouvelle vie. Il peut s'agir de sa robe, d'un bijou, des chaussures, etc.

Something borrowed : quelque chose d'emprunté. Cet élément est souvent emprunté à une personne qui est heureuse dans son mariage. La mariée espère donc être aussi heureuse que cette personne. En portant cet élément, elle symbolise le fait qu'elle pourra toujours compter sur cette amie si elle a besoin de quelque chose. Cela peut être le voile, un bijou, une étole, un diadème, etc. Attention ! Emprunter un élément implique qu'il faut le rendre après le mariage.

Something blue : quelque chose de bleu. Depuis des siècles, le bleu est étroitement lié au mariage. Dans la Rome antique, les mariées portaient du bleu pour symboliser l'amour, la modestie et la fidélité. Cette touche de bleu est souvent retrouvée sur les sous-vêtements afin qu'elle ne soit pas trop visible.

And silver sixpence in her shoe : cette partie du dicton est très méconnue. « Six pence » est une pièce qui était utilisée en Angleterre de 1551 à 1967 (six pence équivaudrait aujourd'hui à 0,03 €). Pour les mariées, porter six pence dans sa chaussure symbolisait une certaine sécurité financière. Grâce à ce dicton, cette pièce a pris beaucoup de valeur.

Il est possible de s'en procurer de nos jours pour un prix pouvant aller jusqu'à 30 € en fonction de la date de frappe de cette pièce (soit 100 fois sa valeur). Contrairement à la rumeur populaire, cette tradition ne nous vient pas des États-Unis, mais bien d'Angleterre.

 

La haie d'honneur et/ou l'allée d'honneur ?

Il existe deux types de chemin d'honneur. Le premier est appelé la haie d'honneur et se réalise à la sortie de l'église ou de la commune. Le second est appelé l'allée d'honneur et se forme lors du vin d'honneur ou à l'entrée de la salle de réception.

La haie d'honneur est constituée de deux rangées de personnes qui se font face. Cette disposition laisse un passage et permet à une personne que l'on souhaite honorer de traverser sans encombre et d'être vue par chacun. C'est habituellement les invités qui forment cette haie à la sortie de la cérémonie en laissant passer les mariés et la suite. Cette pratique est très répandue chez les militaires, dans les forces de l'ordre ou chez les pompiers.

L'allée d'honneur quant à elle, est une formalité qui permet aux invités de saluer et de féliciter les mariés. La famille des époux et les mariés eux-mêmes se disposent côte à côte. Ils ont alors ainsi l'opportunité d'accueillir chaque invité individuellement.

Bien que ce ne soit pas toujours respecté, l'allée d'honneur doit se tenir dans un ordre précis :

  • La mère de la mariée : c'est elle qui est à la première place. À l'origine, c’était à elle que revenait le rôle d'hôtesse de la soirée.
  • Le père de la mariée : le père n'a pas l'obligation d'être présent dans l'allée d'honneur. Il ne sera que s'il le souhaite.
  • La mère du marié;
  • Le père du marié : lui aussi pourra éviter cette formalité s'il le souhaite.
  • La mariée;
  • Le marié;
  • Les dames d'honneur : facultatif;
  • Les enfants d'honneur : facultatif.

Il est à remarquer que l'ordre propose une alternance homme/femme dans la mesure du possible.

 

Le lancer du riz

Le lancer de riz est une coutume ancestrale qui consiste à lancer du riz (non cuit !) sur les mariés dès leur sortie de l'église. Cette tâche est souvent confiée aux enfants qui s'en donnent à cœur joie.

Initialement, c'étaient des graines, symbole de force et de fertilité, qui était jetée sur les mariés. Cet acte servait à transmettre la fertilité des graines aux jeunes époux. Au cours des années, le riz a remplacé les graines. C'est un moment qui est souvent redouté par les mariés. D'une part, le riz lancé à toute force dans le visage, ça peut faire mal ! et d'autre part, il est assez fréquent que les mariés retrouvent des grains de riz dans leurs vêtements ou dans leurs cheveux jusqu’à plusieurs jours après la cérémonie.

 

Le lâcher de colombes

À la sortie de l'église, lors du vin d'honneur ou à tout autre moment, il est de tradition pour les mariés de lâcher deux colombes.

Dans la nature, ces volatiles se choisissent chacun un conjoint et ne le quitte plus jamais. Ensemble, ils partagent les tâches du couple telles que la couvée et la recherche de nourriture.

Selon la bible, Noé envoya une colombe après le déluge et elle lui rapporta un rameau d'olivier en signe que les eaux avaient baissé.

Pour les chrétiens, la colombe est également le symbole du Saint-Esprit. Lors de son baptême d'eau, Jésus reçut le Saint-Esprit qui descendit sur lui sous la forme d'une colombe.

Les colombes sont donc des symboles de paix, de fidélité et d'amour.

 

La première danse

Traditionnellement, l'ouverture du bal est une valse viennoise. Cette première danse se fait en deux étapes.

C'est la jeune mariée, accompagnée de son père, qui ouvre le bal. Après quelques pas de danse ensemble, le père de la mariée confie sa fille au jeune marié et les époux terminent cette valse ensemble.

La première danse est un moment privilégié qui doit être respecté par les invités. La coutume veut que les invités laissent la piste aux mariés. Ils pourront les rejoindre uniquement lors de la deuxième danse.

Cet usage se perd et il n'est pas rare de voir les mariés ouvrir le bal ensemble en remplaçant la valse par un slow.

 

La jarretière

Une jarretière est un bout de tissu qui sert initialement à maintenir le bas fixé sur la cuisse. La coutume est de porter une jarretière en référence à l'ordre de la jarretière, créer en 1348, qui est l'ordre le plus noble de la chevalerie britannique. Cet ordre serait né d'un incident.

Une légende du XIVe siècle raconte que le roi d'Angleterre Edward III dansait avec la comtesse de Salisbury lors d'un bal à Calais. La comtesse, qui était sa maîtresse, aurait laissé glisser sa jarretière par mégarde sur le sol.

Le roi l'aurait ramassée et attachée à sa propre jambe en prononçant les mots suivants afin d'éviter les plaisanteries : « Messieurs, honni soit qui mal y pense. Ceux qui rient maintenant seront très honorés d'en porter une semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le chercheront avec empressement ». La jarretière en question aurait été agrémentée d'un ruban bleu.

Lors du mariage, la jarretière est portée en souvenir de cet épisode royal. Elle symbolise également la féminité, la pureté et la virginité de la Marie, traditionnellement représentée en habits bleus.

De cet objet est né un jeu qui est pratiqué lors des festivités. Le jeu consiste à vendre la jarretière à l'un des invités masculins. Un panier est mis à disposition des convives. Le marié devra faire monter la robe de son épouse pour chaque homme ayant déposé de l'argent dans le panier. Inversement, il devra faire descendre la robe pour chaque femme qui y dépose de l'argent. Le gagnant sera l'homme qui fera apparaître la jarretière le premier.

Pour prendre son gain, le gagnant doit retirer la jarretière de la cuisse de la mariée. Avec seulement ses dents !

De nos jours, cette tradition se perd. Les mariées pudiques n'apprécient pas l'exhibition de leur jambe devant les invités, et les mariés un rien jaloux, sont de leur avis !

 

Le lancer du bouquet

Lors de la soirée, la mariée lance son bouquet. Elle rassemble toutes les jeunes filles qui ne sont pas encore mariées, et jette son bouquet en tournant le dos à toutes les demoiselles. La coutume veut que celle qui attrape le bouquet soit la prochaine à se marier. Cette tradition est née en France au XVe siècle. Initialement, c'étaient les hommes célibataires qui étaient concernés. La coutume voulait que ceux-ci courent derrière la mariée jusqu'à ce que l'un d’eux attrape le bouquet.

Les dragées

Avant que les convives ne quittent la réception, il est d'usage de leur offrir un petit présent. La tradition propose d'offrir des dragées. À l'origine, la dragée est une confiserie composée d'une amande recouverte de sucre.

De nos jours, une multitude de goûts et de couleurs sont offerts, elles ne sont plus systématiquement faites avec des amandes, mais elles ont souvent gardé leur forme initiale en amande. L'origine des dragées est controversée.

Il est difficile de connaître la véritable provenance de cette confiserie. Voici les principales suppositions, légendes et faits historiques à son propos :

  • Julius Dragatus : la dragée trouverait son origine d'une mauvaise manipulation d'un confiseur romain du nom de Julius Dragatus. Par mégarde, il aurait laissé tomber une amende dans le miel. Fier de cette découverte, il aurait offert cette nouvelle douceur à la famille Fabius (Fabius était praticien, un citoyen romain de l'aristocratie) en l'honneur de la naissance de leur fils Quintus en l'an 177 avant Jésus-Christ.
  • La légende grecque : une légende raconte que dans la Grèce antique, un jeune couple devait célébrer leur union. Peu de temps avant le mariage, le jeune homme qui devait se rendre à Athènes où son père venait de mourir fit la promesse de revenir avant le jour des noces. Ayant mal estimé la durée de son voyage, il ne revient que trois mois plus tard pour découvrir que sa fiancée s'était pendue, désespérée en ne le voyant pas. Les dieux, touchés par cette preuve d'amour, transformèrent la jeune fille en amandier qui se mit à fleurir lorsque le jeune homme lui donna son amour éternel. Par cette légende, l'amande est devenue le symbole de l'amour.
  • Le médicament : La dragée serait apparue en France au moment des croisades. Elle était considérée comme un médicament et était réservée aux médecins. Elle était administrée aux femmes enceintes pour leurs vertus bienfaisantes. De cette époque, la dragée devient réputée pour ses pouvoirs curatifs et fertilisants.

Les boites de conserve

Avant le départ des mariés, les amis auront pris soin d'accrocher des boites de conserve vides derrière la voiture. Cette coutume n'a qu'un seul objectif, faire du bruit.

Ces boites sont souvent attachées avec de jolis rubans et accompagnées d'une mention « just married » (mariés à l'instant) qui invite ceux qui la lisent à participer au bruit en klaxonnant.

 

- Le mariage dans les différentes cultures

- Les modes et les tendances du mariage

- Le protocole pour un mariage

- Les conditions pour se marier

- Statistiques sur le mariage et les divorces

- Les répétitions de mariage : une mode américaine

- Comment créer un site de mariage qui ne vous coûtera pas un sou

- Comment préparer son mariage ?